Institut de Mathématiques de Toulouse

Les événements de la journée


7 events


  • Groupe de Travail - K3

    From 10 May 09:00 to 7 June 10:00 - Stephane lamy

    Groupe de Travail - K3

    Notes de dernières minutes : Cônes dans les K3

    [En savoir plus]


  • Séminaire de Probabilités

    Tuesday 4 June 09:45-10:45 - Erwan Hillion - Université de Marseille

    Critères de Nyman-Beurling probabilistes

    Résumé : Parmi toutes les formulations équivalentes de l’hypothèse de
    Riemann, celle proposée par Nyman et Beurling dans les années 1950 est
    l’une des plus simples à énoncer, comme densité de certains sous-espaces
    dans le Hilbert L^2(0,1).
    Dans cet exposé, j’expliquerai comment ces critères peuvent être
    généralisés dans un cadre probabiliste, où il s’agit cette fois d’étudier
    certains sous-espaces de L^2(\Omega \times (0,\infty)). Je détaillerai
    ces critères sur deux exemples, basés respectivement sur des familles de
    v.a. de loi exponentielle, puis de loi Gamma.
    L’exposé ne demande pas de prérequis en théorie des nombres ou en
    probabilités.
    Travail en collaboration avec Sébastien Darses.

    [En savoir plus]


  • Séminaire Modélisation, Analyse et Calcul

    Tuesday 4 June 11:00-12:00 - Lisl Weynans - Institut de Mathématiques de Bordeaux

    Sharp cartesian methods for multifluid flows and electroporation of biological cells

    Résumé : I will present numerical methods in the family of immersed boundary methods, designed to solve with elliptic problems with discontinuities across interfaces with complex shape.
    The convergence of these methods will be studied using the framework of a discrete maximum principle and discrete Green functions, allowing to account for the various orders of the truncation errors.
    These methods are applied to the simulation of flows with strong density ratios, as air-water interfaces, and also to the electropermeabilization of biological cells.

    Lieu : Amphi L. Schwartz

    [En savoir plus]


  • Séminaire de Statistique

    Tuesday 4 June 11:15-12:15 - Jean-Marc Bardet - Université Paris 1

    Sélection de modèles et test d’adéquation pour les séries chronologiques affines causales

    Résumé : La classe des séries chronologiques affines causales contient l'essentiel des séries chronologiques classiques (notamment les processus ARMA ou GARCH) et celles moins classiques à mémoire infinie (AR($\infty$) ou APARCH($\infty$) par exemple). Nous nous intéressons ici à la question du choix d'un modèle à partir d'une trajectoire observée pour toute une famille de modèles de séries chronologiques affines causales (par exemple l'ensemble des ARMA(p,q) et GARCH(p',q')). Grâce à l'estimation par quasi-maximum de vraisemblance effective pour tous ces modèles, et d'un critère de sélection par pénalisation, nous donnons des conditions permettant la consistance de la démarche, c'est-à-dire la sélection asymptotique du vrai modèle. Un test de type portemanteau permet également de tester asymptotiquement l'adéquation des données au modèle sélectionné. Des simulations sont réalisées et montrent notamment que le critère BIC peut ne pas être consistant en cas de séries à mémoire infinie. Travail joint avec Kamila Kare (Paris 1) et William Kengne (Cergy)

    Lieu : Salle de conférences du 1er étage (1R3)

    [En savoir plus]


  • Séminaire de Géométrie et Topologie

    Tuesday 4 June 11:15-12:15 - Mathieu Sablik - IMT

    Quelques problèmes sur les sous-shifts de type fini indexés par un groupe

    Lieu : Salle Pellos (1R2 207) - Un sous shift de type fini sur un groupe discret G est un coloriage du groupe tel qu’un ensemble fini de motifs ne peut pas apparaître. On peut aussi le voir comme un pavage d’un graphe de Cayley associé à G. Il est connu qu’il existe des différences profondes suivant que l’on regarde des sous-shifts de type fini indexé par Z ou Z^2. Par exemple, sur Z^2, il existe des sous-shifts de type fini qui ne contiennent que des configurations apériodiques alors que ce n’est pas vrai sur Z. Autrement dit des règles locales peuvent forcer une structure globale. Le but est d’explorer ce genre de question pour d’autres groupes finement engendrés.

    [En savoir plus]


  • Homotopie en Géométrie Algébrique

    Tuesday 4 June 14:00-15:00 - Johan Leray - Université de Paris 13

    La propérade DPois est de Koszul

    Résumé : Les algèbres double Poisson sont un analogue en géométrie algébrique non-commutative des algèbres de Poisson. Pour un passage à la géométrie non-commutative dérivée, il est naturel de se demander quelle est la bonne notion de structure double Poisson à homotopie près. Afin de déterminer une telle structure, il est nécessaire de travailler au niveau des objets algébriques qui encodent les structures (opérade, propérade, etc …). Après avoir présenté les notions d’algèbre double Poisson, de propérade et de pourquoi la Koszulité d’une propérade permet de répondre à une telle question, je présenterai une stratégie de preuve du théorème-titre. Celle-ci est basée sur la construction d’un nouvel objet algébrique, appelé protopérade, encodant les structures algébriques ayant le même nombre d’entrées et de sorties et une certaine symétrie.

    [En savoir plus]


  • Homotopie en Géométrie Algébrique

    Tuesday 4 June 15:30-16:30 - Lizao Ye - Institut Elie Cartan

    Stratification de Thom-Boardman pour la multiplication des sections globales des fibrés en droites sur une courbe

    [En savoir plus]