Institut de Mathématiques de Toulouse

Les événements de la journée


3 événements


  • Groupe de Travail - K3

    Vendredi 5 avril 09:00-10:00 - Charlotte Hardouin

    Groupe de Travail - K3

    [En savoir plus]


  • Conférences d’Histoire des Mathématiques

    Vendredi 5 avril 10:30-12:00 - Jean- Baptiste Hiriart-Urruty - Université Paul Sabatier - Institut de Mathématiques de Toulouse

    Mathématiciens élus politiques : quelques exemples

    Résumé : « Les mathématiciens ne s’intéressent qu’à ce qu’ils font », « les ‘’matheux‘’ ne savent rien faire et ne font rien d’autre que des maths », « ils sont ‘’bunkerisés’’ dans leur tour d’ivoire les profs de maths » … , autant d’appréciations acides que l’on entend parfois à propos des mathématiciens… Et pourtant, comme d’autres citoyens, ils participent à la vie publique et même politique, parfois à un haut niveau. Je ne parle pas de présidents d’établissements universitaires ou d’écoles d’ingénieurs, de conseillers ministériels éphémères, ou de conseillers municipaux, voire de maires de petites et moyennes villes… , où les collègues sont bien présents, mais de postes de plus haut niveau politique comme élus : maires de villes importantes, conseillers départementaux, députés, sénateurs, ou nommés comme secrétaires d’état ou ministres.
    Nous connaissons tous des engagements publics de mathématiciens, avec des prises de position proéminentes (par exemple Henri Cartan, Laurent Schwartz, Alexandre Grothendieck,…) ; certains ont même payé de leur vie cet engagement (Maurice Audin (1932-1957), Mehdi Ben Barka (1920-1965), Ibni Oumar Saleh (1949-2008)).
    Notre présentation est faite dans un cadre bien délimité que nous explicitons par les deux points ci-dessous :

    • Une « fenêtre temporelle » qui se restreint au 20ème siècle et au début du 21ème [pour l’essentiel des activités scientifiques et politiques des mathématiciens considérés] ;
    • Une définition de « mathématicien élu politique » satisfaisant les critères suivants : études mathématiques avancées (jusqu’au Master, Doctorat ou Agrégation) ; fonctions exercées de professeur de mathématiques ou d’enseignant-chercheur ; élu politique (conseiller départemental, député, maire de grande ville, président de région, ministre).

    Notre palette embrassera des situations très variées. Nous commencerons par la France et sa partie « Grand Sud-Ouest », parcourrons quelques pays d’Europe (Italie, Pologne, Allemagne, Espagne, Portugal), puis les Antilles, l’Afrique et le Moyen-Orient, l’Amérique latine… et terminerons « en roue libre » avec quelques noms d’hommes politiques qui, s’ils ne peuvent être qualifiés de mathématiciens (au sens indiqué plus haut), ont eu une formation initiale en mathématiques, au moins jusqu’au niveau Licence compris.
    Le texte complet est à paraître sur le site web CultureMath.
    Références
    1. Anne-Laure Anizan, Paul Painlevé et la guerre (1908-1933). Science poliade et défense nationale. In Des mathématiciens et des guerres ; Histoires de confrontations (19e- 20e siècles), CNRS Editions (2013), 37-52.
    2. Daniel Bliss, A mathematician runs for political office. Notices of the American Mathematical Society, page 207 (February 2009).
    3. Antonin Durand, Mathematicians and politics : new research scenarios. Lettera Matematica, Vol. 4 (2017), 161-165.
    4. Jean-Baptiste Hiriart-Urruty et Henri Caussinus, Sarrus, Borel, Deltheil – Le Rouergue et ses mathématiciens. Gazette des Mathématiciens (de la SMF), n° 104, 88- 97 (2005).
    5. Jean-Baptiste Hiriart-Urruty, Les mathématiciens dans le patrimoine régional du « Grand Sud-Ouest ». Site CultureMath (2018) : https://culturemath.ens/fr.
    6. Jornada matemática, livre édité à l’occasion d’un congrès pour marquer l’année mondiale des mathématiques en 2000.

    Lieu : Salle Jean Cavaillès 132 - Bât 1R2

    [En savoir plus]


  • GdT Géométrie, Topologie et Statistique

    Vendredi 5 avril 14:00-15:30 - Alice Le Brigant - ENAC-IMT

    Résumés de trafic aérien basés sur la géométrie de matrices de covariance

    Résumé : Un enjeu majeur en contrôle du trafic aérien est la capacité à estimer la complexité d’une situation de trafic donnée. Pour évaluer cette complexité localement, on peut extraire en chaque point d’observation une matrice de covariance révélatrice du « désordre local » du champ des vitesses des avions dans un petit voisinage. Dans cet exposé, nous verrons comment construire un résumé d’une situation de trafic aérien en quantifiant la distribution empirique des matrices de covariance correspondantes dans l’espace des matrices symétriques définies positives munie de la métrique de Fisher. Avant cela je reviendrai sur la géométrie de Fisher des lois gaussiennes univariées et multivariées centrées.

    Lieu : Salle MIP

    [En savoir plus]