Institut de Mathématiques de Toulouse

Les événements de la journée


3 événements


  • Mathématiques de l’apprentissage

    Jeudi 8 juin 12:30-13:30 - Sébastien Gerchinovitz - IMT

    Approximation d’intégrale de fonction monotone

    Résumé : Nous proposons une séance de lecture guidée de l’article "Quadrature Formulas for Monotone Functions" de Erich Novak (1992) sur l’approximation numérique d’intégrales de fonctions monotones. Une discussion sur des problèmes adjacents s’en suivra.

    Lieu : bâtiment 1R3, salle de conférence du 1er étage (MIP)

    [En savoir plus]


  • Tests multiples

    Jeudi 8 juin 13:45-15:15 - Patrick Tardivel - INRA UMR 1331 TOXALIM

    Contrôle du FWER pour un modèle linéaire Gaussien

    Résumé : Familywise Error Rate Control With a Lasso Estimator
    We propose a new method to control the familywise error rate (FWER) in linear Gaussian models. Our method relies on a lasso-type estimator and can be used for all n x p full-rank design matrices. We provide an explicit and non-asymptotic choice for the lasso tuning parameter that controls the FWER. Numerical experiments highlight the performances of our approach compared to the state-of-the-art procedures. An application to the detection of metabolites in metabolomics is provided.
    https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01322077v3

    Lieu : Salle 106 (1R1)

    [En savoir plus]


  • Séminaire Info-Math

    Jeudi 8 juin 16:00-17:00 - David Ellison - RMIT University Melbourne‎

    Gendarmes, Voleurs et Topologie algébrique

    Résumé : Le jeu du gendarme et du voleur, introduit par Alain Quilliot en 1978, est un jeu à deux joueurs sur un graphe. Le gendarme commence en choisissant son point de départ sur un sommet du graphe ; puis le voleur choisit le sien. Ensuite, ils se déplacent chacun leur tour le long des arêtes du graphe. La question est de savoir si le gendarme a une stratégie qui lui permet d’attraper le voleur. Dans le cas contraire, la question devient : combien faut-il de gendarmes pour attraper le voleur ?
    Quilliot a démontré dans sa thèse qu’un seul gendarme suffit à attraper le voleur si et seulement si le graphe est démontable, c’est-à-dire si et seulement si on peut le réduire à un seul sommet en retirant successivement des sommets où le voleur peut être coincé. Il s’ensuit que les graphes démontables correspondent à la classe d’homotopie du point, et que certains invariants homotopiques, comme les groupes d’homologie, permettent de découvrir des propriétés structurelles des graphes où le gendarme peut attraper le voleur.

    Lieu : Salle F.Pellos (Salle 207) - 2ème étage - Bâtiment 1R2

    [En savoir plus]