Institut de Mathématiques de Toulouse

Agenda



Séminaires


  • Algèbre, Dynamique et Topologie


    • Mardi 28 février 11:00-12:00 - Andrea Seppi

      Énergie L^1 sur l’espace de Teichmüller et volume des variétés Anti-de Sitter

      Résumé : En conséquence d’un théorème de Bers, les variétés hyperboliques
      quasi-Fuchsiennes qui contiennent une surface fermée S sont
      paramétrées par couples des points (X,Y) dans T(S)xT(S), où T(S) est
      l’espace de Teichmüller de S. Un célèbre théorème de Brock montre que
      le volume de ces variétés est borné par la distance de Weil-Petersson
      entre X et Y dans T(S), à constantes multipicatives et additives prés.
      Dans cet exposé, on étudiera un problème analogue pour le volume des
      variétés Anti-de Sitter maximales globalement hyperboliques, qui sont
      aussi paramétrées par T(S)xT(S). Dans le cas Anti-de Sitter, le volume
      est essentiellement équivalent à l’énergie L^1 entre surfaces
      hyperboliques. Enfin, on montrera que le volume est borné
      supérieurement par la distance asymétrique de Thurston, inférieurement
      par la distance de Weil-Petersson, et il n’est pas possible d’améliorer
      ces inégalités. Les preuves utilisent des relations avec la fonction
      longueur d’une lamination géodésique mesurée, les tremblements de
      terre, et l’énergie holomorphe.

      [Séminaire]


    • Mardi 7 mars 11:00-12:00 - Greg Kuperberg

      Séminaire de Géométrie et Topologie

      [Séminaire]


    • Mardi 14 mars 11:00-12:00 - Louis Funar

      Groupes modulaires et groupes de type Burnside profinis

      Résumé : L’etude des quasi-morphismes sur les groupes modulaires induits par leurs représentations quantiques montre que soit ces représentations ont un noyau non-trivial ou alors leur images ne sont pas des groupes arithmétiques.
      Les images ont de la 2-cohomologie non-triviale, en général, et leur dimension cohomologique virtuelle est bornée inférieurement par le genre. D’autre part ces images étant denses dans les groupes unitaires correspondants, les groupes modulaires possèdent beaucoup de quotients finis simples.
      On considère ensuite des groupes de type Burnside obtenus comme quotients de groupes de surfaces par les puissances $p$-ièmes des éléments représentes par des courbes simples sur la surface.
      On prouve que ces groupes de type Burnside ont une infinité de quotients finis simples, en particulier leur complété profini n’est pas prosoluble.

      Lieu : Salle Pellos

      [Séminaire]


    • Mardi 21 mars 11:00-12:00 - Mattias Hemmig

      Séminaire de Géométrie et Topologie

      [Séminaire]


    • Mardi 28 mars 11:00-12:00 -

      Pas de Séminaire de Géométrie et Topologie

      Résumé : La Llagonne.

      [Séminaire]


    • Mardi 4 avril 11:00-12:00 - Andrés Sambarino

      Séminaire de Géométrie et Topologie

      [Séminaire]


    • Mardi 11 avril 11:00-12:00 -

      Pas de Séminaire de Géométrie et Topologie

      Résumé : Vacances de printemps

      [Séminaire]


    • Mardi 18 avril 11:00-12:00 - Frédéric Naud

      Séminaire de Géométrie et Topologie

      [Séminaire]


    • Mardi 25 avril 11:00-12:00 - Louis Hadrien Robert

      Séminaire de Géométrie et Topologie

      [Séminaire]


    • Mardi 2 mai 11:00-12:00 - Stéphane Gaussent

      Séminaire de Géométrie et Topologie

      [Séminaire]

0 | 10

  • Les Cafés de l IMT


    • Vendredi 10 mars 13:15-14:00 - Jean-Baptiste Hiriart-Urruty - Institut de Mathématiques de Toulouse

      Les mathématiciens dans le patrimoine régional

      Résumé : Deux nouvelles régions viennent d’être reconfigurées, dénommées Occitanie-Pyrénées-Méditerranée et Nouvelle-Aquitaine, une sorte de "grand Sud-Ouest" au regard de la France. Les noms de mathématiciens issus de ces régions sont-ils encore présents lorsqu’on évoque les patrimoines (culturels, scientifiques, historiques, etc.) ? Apparaissent-ils quand il s’agit de donner des noms à de nouveaux collèges, lycées, ou autres établissements publics ? Les villages ou villes où ils sont nés les revendiquent-ils comme "personnalités liées à la commune" ?
      Nous considérons ces questions en parcourant la liste des mathématiciens (ou assimilés), nés dans un des villages ou villes des deux régions citées au-dessus. Les réponses aux questions posées sont variables, suivant les endroits, suivant la culture locale, suivant l’intérêt des décideurs locaux (parfois des collègues),…

      Lieu : Amphithéâtre L. Schwartz, bâtiment 1R3

      [Séminaire]


  • Géométrie algébrique, champs et homotopie


    • Mardi 28 février 14:00-15:30 - Enrico Fatighenti - University of Warwick

      Hodge theory, graded rings and Grassmannians

      Notes de dernières minutes : One of the most classical results in Hodge theory is Griffiths’ description of the Hodge filtration of a smooth projective hypersurface in terms of a very explicit polynomial algebra, the so-called Jacobian ring. This turns to be extremely useful in solving Torelli-type problems, amongst others. Griffiths’ result has been generalised to the smooth projective complete intersection case by Dimca et al., but not much other progress has been made so far. In this talk we present two different generalisations of Griffiths’ theory. First we show how to attach to a smooth projective variety (with no hypotheses on the codimension) a graded module that controls (part of) its Hodge theory and deformation theory (joint work with Carmelo Di Natale/Domenico Fiorenza). Then we analyze the case of smooth hypersurfaces in Grassmannians, and show how to construct an explicit analogue of the Jacobian ring in this case.

      [Séminaire]


    • Mardi 7 mars 14:00-15:30 - Fabio Tanturri - Université Aix-Marseille

      Techniques géométriques pour lieux de dégénérescence de Calabi-Yau

      Résumé : Le lieu de dégénérescence généralisé d’une section s d’un fibré vectoriel E sur une variété est le lieu des points x où s dégénère, c’est-à-dire s(x) appartient à une sous-variété fixée de l’espace total de E ; cette notion généralise, par exemple, les lieux de dégénérescence habituels d’un morphisme entre deux fibrés vectoriels. Dans cet exposé, je vais présenter des techniques géométriques pour l’étude de ces lieux de dégénérescence ; avec ces techniques, on peut produire de nombreux exemples de variétés de Calabi-Yau de dimension quelconque, en généralisant de cette façon certaines constructions connues (variétés déterminantales, lieux des zéros). Il s’agit d’un travail en commun avec Vladimiro Benedetti, Sara Angela Filippini et Laurent Manivel.

      [Séminaire]


    • Mardi 7 mars 16:00-17:00 - Benjamin Hennion - MPI-Bonn

      TBA

      [Séminaire]


    • Mardi 14 mars 14:00-15:30 - Yalin Sinan - Université d'Angers

      Déformation des bigèbres via le complexe de Hochschild supérieur, formalité et quantification

      Résumé : Dans un premier temps, je présenterai un cadre conceptuel général pour comprendre différents problèmes de modules formels (dérivés) contrôlant les déformations de structures algébriques. La principale application de ces idées est d’établir des liens précis (restés conjecturaux pendant longtemps) entre la théorie de la déformation des bigèbres et celle des algèbres sur l’opérade des petits disques. Notamment, il existe une équivalence d’infini-catégories entre les dg-bigèbres (à homotopie près) pointées conilpotentes et les E2-algèbres augmentées, construite explicitement comme une version appropriée de la construction cobar, et via ce résultat une équivalence entre le problème de module formel (dérivé) des structures de bigèbres à homotopie près et celui des structures E2 obtenues par cette construction "cobar". La structure E3 induite par la conjecture de Deligne supérieure sur le complexe de Hochschild supérieur de cette construction cobar contrôle donc les déformations de la bigèbre, résolvant par conséquent une vieille conjecture de Gerstenhaber-Schack.
      Dans un deuxième temps, on verra comment cette solution à la conjecture de Gerstenhaber-Schack permet d’établir un théorème de formalité E3 pour le complexe de déformation de la bigèbre symétrique, résolvant ainsi une autre ancienne conjecture avancée par Kontsevich dans ses travaux sur la quantification des variétés de Poisson. Une conséquence de ce résultat est une nouvelle preuve du théorème de quantification des bigèbres de Lie d’Etingof-Kazdhan parallèle à la preuve de Kontsevich/Tamarkin de la quantification des variétés de Poisson. De plus, cette preuve généralise les résultats d’Etingof-Kazdhan au cadre des dg-bigèbres et de leurs variantes à homotopie près, et s’applique également aux quasi-bigèbres de Lie.
      Il s’agit d’un travail en collaboration avec Gregory Ginot.

      [Séminaire]


    • Mardi 21 mars 14:00-15:30 - Andy Arana

      Pourquoi nos géométries ? Des réflexions issues de la perspective de la théorie des modèles

      [Séminaire]


    • Mardi 28 mars 14:00-15:30 - Eduard Balzin - JAD Nice

      TBA

      [Séminaire]


    • Mardi 11 avril 16:00-18:00 - Michel Vaquié

      Théorie de Hodge non abélienne I

      [Séminaire]


    • Mardi 18 avril 16:00-18:00 - Michel Vaquié

      Théorie de Hodge non abélienne II

      [Séminaire]


    • Mardi 25 avril 14:00-15:30 - Cécile Mammez - Univ. Littoral Côte d'Opale

      TBA

      [Séminaire]


    • Mardi 30 mai 14:00-15:30 - Brice Halimi - Université Paris Ouest Nanterre La Défense

      Changement de contexte et changement de base

      Résumé : La logique assure historiquement une médiation entre la philosophie du langage et la philosophie des mathématiques. C’est dans cette perspective que je m’intéresserai à la notion de contexte, notion essentielle en philosophie du langage, mais aussi en logique, à travers les notions d’univers de discours et de monde possible.
      La contextualité de la signification est un phénomène essentiel du langage ordinaire. Pour ne prendre qu’un exemple, il va de soi que le voyageur s’apprêtant à partir et annonçant "Tout est rentré dans ma valise" veut parler de ses effets personnels et non de la totalité des choses qui peuplent l’univers. La restriction contextuelle du mot "tout" est ici un exemple parmi d’innombrables autres de la contextualité de la signification. Une question importante est celle de savoir si et comment le sens contextuel de nos mots dérive par modulation de leur signification abstraite (c’est-à-dire linguistique). Face à cette question, je voudrais tout d’abord défendre l’idée que tout contexte est le résultat d’un changement de contexte, et toute signification en contexte le résultat d’une transposition.
      Je voudrais ensuite m’intéresser à la formalisation de la contextualité. En effet, un certain nombre de concepts mathématiques sont naturellement propres à représenter les notions de contexte et de changement de contexte, mais n’ont pas encore été appliqués en ce sens : en particulier le concept de catégorie fibrée. Car le cadre formel d’une catégorie fibrée permet de représenter à la fois la localité d’un contexte (au sens où un contexte est toujours une situation à l’intérieur de laquelle je me place) et sa variabilité (au sens où un contexte correspond toujours à une perspective que je peux quitter pour en adopter une autre). La question pendante que j’aborderai sera celle de savoir si la théorie de la descente peut être appliquée à l’analyse de la contextualité, autrement dit s’il est envisageable de vouloir recoller les différents sens contextuels d’une expression ou d’un énoncé comme formant autant d’aspects locaux d’une même signification globale (générale) putative.

      [Séminaire]

0 | 10

  • Séminaire de l équipe MIP


    • Mardi 28 février 11:00-11:45 - Jimmy Lamboley - Université Paris-Dauphine

      Optimisation et contrainte de convexité

      Résumé : Dans cet exposé, on s’intéresse à des problèmes d’optimisation de forme dans l’ensemble des domaines convexes, par une approche de calcul de variations. On commencera par décrire de nombreux exemples issus de branches diverses et qui rentrent dans ce cadre (le problème de résistance minimal de Newton, la conjecture de Mahler, la conjecture de Polya-Szego, les problèmes isopérimétriques inverses et de Faber-Krahn inverses, le problème de trou spectral). On montrera un phénomène commun à toutes les solutions de ces problèmes, à savoir une saturation de la contrainte de convexité (la courbure de Gauss veut s’annuler autant que possible). Enfin, on expliquera comment on peut dans certains cas préciser ce comportement.

      Lieu : Amphithéâtre Schwartz

      Notes de dernières minutes : Il s’agit d’un séminaire joint ESP-MIP. La première partie aura lieu de 10h à 10h45 dans le cadre du séminaire de probabilités et la seconde de 11h à 11h45 en séminaire d’analyse. Les deux parties ont lieu en amphi Schwartz.

      [Séminaire]


    • Mardi 7 mars 11:00-12:00 - Rémi Carles - Université de Montpellier

      Dynamique universelle pour l’équation de Schrödinger logarithmique.

      Résumé : Nous considérons l’équation de Schrödinger avec une non-linéarité logarithmique, dont le signe est tel qu’il n’existe pas de solution stationnaire (non triviale). Des calculs explicites dans le cas de données gaussiennes font apparaître trois phénomènes nouveaux, dans le régime en temps grand, qui persistent pour des données initiales générales (non nécessairement gaussiennes), en un sens plus faible. Parmi les étapes de la preuve, nous présenterons des calculs sur des équations différentielles, une transformée de Madelung permettant de réduire l’équation à une variante de l’équation d’Euler compressible isotherme, dont le comportement en temps long fait intervenir une équation parabolique liée à un opérateur de Fokker-Planck. Il s’agit d’un travail en commun avec Isabelle Gallagher.

      [Séminaire]


    • Mardi 14 mars 11:00-12:00 - Corentin Audiard - Laboratoire Jacques-Louis Lions, UMPC

      Séminaire MIP

      [Séminaire]


    • Mardi 21 mars 11:00-12:00 -

      Pas de séminaire

      [Séminaire]


    • Mardi 28 mars 11:00-12:00 - Alexandre Ern - Université Paris-Est, CERMICS

      Titre à préciser

      Lieu : Salle MIP

      [Séminaire]



    • Mardi 18 avril 11:00-12:00 - Aude Rondepierre - INSA de Toulouse - IMT

      Titre à préciser

      [Séminaire]


    • Mardi 25 avril 11:00-12:00 - Cesare Tronci - Université de Surrey

      Multiphysics models for hybrid kinetic-fluid systems

      Résumé : Many physical contexts involve the interplay of different phenomena at different scales. The corresponding description requires the use of multi-physics models, whose mathematical formulation poses several challenges. Examples are found in the classical-quantum coupling in molecular dynamics or in the coupling between mean flow and fluctuation kinetics in turbulence. In plasma physics, the interaction of energetic particles (obeying kinetic theory) with a fluid bulk (obeying magnetohydrodynamics) requires formulating hybrid kinetic-fluid models, which are the subject of this talk. These models are often obtained by making assumptions on the equations of motion, although this operation may destroy fundamental properties such as energy balance. The use of symmetry techniques in mechanical systems is shown to provide a unifying framework for coupling nonlinear kinetic and fluid theories in a consistent way, thereby leading to new hybrid plasma models. Then, a comparison study is presented in terms of linear and nonlinear stability.

      [Séminaire]



0 | 10

  • Séminaire de Probabilités


    • Mardi 28 février 10:00-10:45 - Jimmy Lamboley - Paris Dauphine

      Optimisation et contrainte de convexité

      Résumé : Dans cet exposé, on s’intéresse à des problèmes d’optimisation de forme dans l’ensemble des domaines convexes, par une approche de calcul de variations. On commencera par décrire de nombreux exemples issus de branches diverses et qui rentrent dans ce cadre (le problème de résistance minimal de Newton, la conjecture de Mahler, la conjecture de Polya-Szego, les problèmes isopérimétriques inverses et de Faber-Krahn inverses, le problème de trou spectral). On montrera un phénomène commun à toutes les solutions de ces problèmes, à savoir une saturation de la contrainte de convexité (la courbure de Gauss veut s’annuler autant que possible). Enfin, on expliquera comment on peut dans certains cas préciser ce comportement.

      Notes de dernières minutes : Il s’agit d’un séminaire joint ESP-MIP. La première partie aura lieu de 10h à 10h45 dans le cadre du séminaire de probabilités et la seconde de 11h à 11h45 en séminaire d’analyse.

      [Séminaire]


    • Mardi 14 mars 09:45-10:45 - Joseba Dalmau - Paris Sud

      La distribution de la quasi—espèce

      Résumé : En 1971, Eigen propose un modèle déterministe pour modéliser l’évolution au cours du temps d’une population de macromolécules. La population est considérée infinie, et évolue sous l’effet de deux forces principales : mutation et sélection. Deux phénomènes importants apparaissent : le seuil d’erreur et la quasi-espèce. Afin d’obtenir une version de ces résultats pour une population finie, nous étudions un modèle de Wright-Fisher avec mutation et sélection, et nous récupérons, dans un certain régime asymptotique, les phénomènes de seuil d’erreur et quasi-espèce. Nous trouvons de plus une formule explicite pour la distribution de la quasi-espèce. L’exposé sera introductif et non technique.

      [Séminaire]


    • Mardi 21 mars 09:45-10:45 - Ismael Bailleul - Rennes

      Calcul paracontrôlé

      Résumé : L’utilisation du language des fonctions/distributions contrôlées a été introduite par Gubinelli, Imkeller et Perkowski concomitamment au développement par Hairer de sa théorie des structures de régularité, pour étudier un certain nombre d’équations singulières mal-posées, comme l’équation parabolique d’Anderson ou l’équation KPZ. Cette méthode simple initialement conçue comme une méthode de description à l’ordre 1 de certaines fonctions/distributions définies sur le tore s’est récemment développée en un attirail plus substantiel que permet de travailler sur des variétés avec des développements d’ordre quelconque. J’expliquerai la base simple et élémentaire de tout cela.

      [Séminaire]


    • Mardi 28 mars 09:45-10:45 - Lorick Huang - Michigan State University, US

      Méthode parametrix pour des EDS dirigées par des processus stables et applications aux probabilités numériques

      Résumé : La méthode parametrix est une méthode de continuité initialement développée pour l’étude de la solution fondamentale des équations aux dérivées partielles.
      Dans cet exposé, nous présenterons son utilisation dans un cadre probabiliste, qui permet d’obtenir une représentation explicite de la densité de la solution de l’EDS. Cette représentation peut par suite, être exploitée pour approcher la densité de la solution, lorsque les coefficients de l’EDS sont peu réguliers.

      [Séminaire]


    • Mardi 18 avril 09:45 - Camille Male - Université de Bordeaux

      Séminaire de Probabilités

      [Séminaire]


    • Mardi 9 mai 09:45-10:45 - Pierre Patie - Cornell University

      Séminaire de Probabilités

      [Séminaire]


    • Mardi 16 mai 09:45-10:45 - Manon Defosseux - Paris Descartes

      Séminaire de Probabilités

      [Séminaire]


    • Mardi 23 mai 09:15-10:15 - Mauro Piccioni - Université de Rome, La Sapienza

      Promenades aléatoires dans le demi plan complexe liées à la fonction "point d’interrogation" de Minkowski

      Résumé : On considère une chaîne de Markov définie sur le demi plan complexe supérieur par composition à gauche d’une suite i.i.d. à valeurs dans le groupe PSL2[Z] des homographies à coefficients entiers. A chaque instant on choisit l’une des 9 homographies qui changent le domaine fondamental, c’est-à-dire l’ensemble des complexes de module plus grand que 1 et de partie réelle dans [- 1/2,1/2] en l’un des neuf domaines voisins. Il est bien connu, d’après Furstenberg et Bougerol, que ce type de chaîne converge en loi vers une variable aléatoire réelle. On démontre que la loi limite est liée à la fonction point d’interrogation de Minkowki, une fonction de répartition singulière croissante dans [0,1] étudiée par Denjoy et Salem. On utilise une proprieté d’auto-similarité de cette fonction et on démontre une autre caractérisation comme la loi d’une fraction continue avec des coefficients i.i.d. géometriques (travail avec Gerard Letac).

      Lieu : Amphithéâtre Schwartz

      [Séminaire]


  • Séminaire de Statistique


    • Mardi 28 février 11:00-12:00 - Charlotte Dion

      Modélisation à l’aide d’équations différentielles stochastiques à effets aléatoires

      Résumé : Les équations différentielles stochastiques avec effets aléatoires sont utiles pour décrire des processus en temps continu dont les répétitions ont une forme fonctionnelle commune mais présentent une grande variabilité entre chaque observation. C’est le cas des données de potentiel neuronal par exemple. Dans notre modèle, les différences entres les observations sont alors dues à la réalisation du mouvement Brownien et de l’effet aléatoire. Mieux connaître ces effets aléatoires et notamment leur loi, nous permettrait d’avoir une meilleure modélisation du phénomène observé.
      Dans cet exposé nous traiterons d’abord du modèle d’Ornstein-Uhlenbeck à un effet aléatoire dans le coefficient de dérive. A partir de N trajectoires observées de manière continue sur un intervalle de temps [0,T] assez grand, nous verrons comment estimer la densité d’intérêt en construisant un estimateur adaptatif à partir d’une méthode introduite par Goldenshluger et Lepski (2011).
      Puis nous étudierons le cas plus général d’un modèle avec une diffusion non constante et plusieurs effets aléatoires. Notre propos sera illustré à l’aide du package R : mixedsde qui regroupe nos méthodes.
      Enfin, de nouvelles directions de recherche seront introduites dans la continuité du travail présenté.

      [Séminaire]


    • Mardi 7 mars 11:00-12:00 - Olivier Collier - Paris 10

      Estimation minimax de fonctionnelles sparses et applications en robustesse.

      Résumé : Je présenterai des résultats obtenus dans le cadre de collaborations avec Laëtitia Comminges, Arnak Dalalyan, Alexandre Tsybakov et Nicolas Verzélen. Nous nous sommes intéressés à l’estimation de fonctionnelles de la moyenne d’une gaussienne en grande dimension. On peut améliorer la vitesse minimax grâce à des hypothèses de sparsité, comme c’est le cas pour l’estimation de la moyenne elle-même avec lasso. Je donnerai les vitesses optimales pour certaines fonctionnelles et les difficultés que posent certaines autres, et je parlerai des problèmes d’adaptation par rapport à la variance du bruit et au paramètre de sparsité. Enfin, je montrerai comment des problèmes d’estimation de fonctionnelles sparses apparaissent lorsque l’on cherche un estimateur robuste de la moyenne.

      Lieu : Amphi Schwartz

      [Séminaire]


    • Mardi 21 mars 11:00 - Marianne Clausel

      Modélisation de l’anisotropie dans les images : les approches multiéchelles

      Résumé : Dans bien des situations, on est amené a analyser des textures qui sont anisotropes, c’est à dire dont les propriétés sont différentes suivant les directions considérées. Une question naturelle est alors de savoir comment définir puis éventuellement estimer le degré d’anisotropie d’une image donnée.
      Ici, nous comparerons deux approches différentes : une basée basée sur la notion d’invariance d’échelle et une sur la notion de texture orientée. Dans chaque cas, nous présenterons les différents outils dérivés des ondelettes que nous avons utilisés pour l’analyse et la caractérisation de l’anisotropie. Nous terminerons par différentes perspectives : génération de textures, traitement d’images médicales et détection de lignes dans les images

      [Séminaire]


    • Mardi 28 mars 11:00-12:00 - Emilie Devijier - Université Leuven

      Alignement de courbes avec un modèle mixte fonctionnel

      Résumé : Les données fonctionnelles présentent différentes variabilités qu’il faut prendre en compte dans la modélisation. Dans ce projet, nous travaillons sur l’alignement des courbes, avec des techniques de warping, en prenant en compte la variabilité individuelle.
      On propose pour se faire de travailler avec un modèle mixte fonctionnel non linéaire.
      Chaque observation d’un processus fonctionnel est alors décomposée comme la somme d’une courbe moyenne et d’une courbe individuelle, le tout altéré par composition avec une fonction d’alignement.
      La fonction d’alignement est supposée paramétrique, et on estime les paramètres avec un modèle mixte linéaire.
      Chaque fonction du modèle est décomposée sur une base de splines.
      Ce modèle général permet de capter différents types de variabilité, et de faciliter l’interprétation.
      Dans cet exposé, je décrirai le modèle, discuterai l’identifiabilité, et je proposerai une méthode d’estimation des paramètres, illustrée sur des données simulées et des données benchmark.
      Je discuterai aussi des résultats théoriques, à savoir la consistance et la normalité asymptotique de la courbe moyenne.

      Lieu : Amphi Schwartz

      [Séminaire]


    • Mardi 18 avril 11:00-12:00 - Matthieu Marbac - INRIA LILLE

      Variable selection for mixed data clustering : a model-based approach

      Résumé : In this talk, we consider two approaches for selecting variables in
      latent class analysis. The first approach consists in optimizing the BIC
      with a modified version of the EM algorithm. This approach
      simultaneously performs both model selection and parameter inference.
      The second approach consists in maximizing the MICL, which considers the
      clustering task, with an algorithm of alternate optimization. This
      approach performs model selection without requiring the maximum
      likelihood estimates for model comparison, then parameter inference is
      done for the unique selected model. Thus, the benefits of both
      approaches is to avoid the computation of the maximum likelihood
      estimates for each model comparison. Moreover, they also avoid the use
      of the standard algorithms for variable selection which are often
      suboptimal (e.g. stepwise method) and computationally expensive. The
      case of data with missing values is also discussed. The interest of both
      proposed criteria is shown on a medical data sets describing 1300
      patients by 160000 variables.

      Lieu : Amphi Schwartz

      [Séminaire]


  • Systèmes dynamiques


    • Vendredi 3 mars 10:30-11:30 - Jacques Sauloy - IMT

      Théorie analytique locale des équations aux q-différences de pentes arbitraires

      Résumé : La classification et la théorie de Galois analytiques locales des équations
      aux q-différences par Ramis, S et Zhang reposent en grande partie sur
      l’hypothèse que les pentes sont entières, Virginie Bugeaud ayant toutefois
      obtenu des résultats partiels au-delà (cas de deux pentes arbitraires). Il
      semble cependant (c’est un travail en cours) que l’on puisse à moindres frais
      s’affranchir totalement de cette hypothèse. Les résultats espérés font appel
      à ceux de Ramis, S et Zhang, ainsi qu’à la théorie de Galois formelle obtenue
      par van der Put et Reversat.

      Lieu : salle 207, bat 1R2

      [Séminaire]


    • Vendredi 10 mars 10:30-11:30 - Hayato Chiba - Kyushu university

      Painleve equations on weighted projective spaces

      Résumé : A weight (a tuple of integers) is one of the invariants of the Painleve equation determined by the Newton diagram of the equation.
      The Painleve equations are systematically studied by means of dynamical systems theory and the weighted projective spaces associated
      with the weights.

      Lieu : salle 207, bat 1R2

      [Séminaire]


    • Vendredi 17 mars 10:30-11:30 - Delphine Pol - LAREMA (Angers)

      Résidus logarithmiques le long des courbes

      Résumé : Dans son papier fondamental, K. Saito développe la notion de formes différentielles logarithmiques et de résidus le long d’un diviseur réduit singulier. Plus récemment, A.G. Aleksandrov et A. Tsikh ont généralisé ces notions au cas des intersections complètes. On se propose dans cet exposé de décrire le module des résidus dans le cas des courbes intersections complètes, éventuellement réductibles, par l’intermédiaire de son ensemble de multi-valuations. Nous relierons les multi-valuations du module des résidus aux multi-valuations de l’idéal jacobien et aux multi-valuations des différentielles de Kähler, qui sont un ingrédient clef dans la classification analytique des branches planes proposée par Hefez et Hernandes.

      Lieu : Salle 207, Bat 1R2

      [Séminaire]


    • Vendredi 24 mars 10:30-11:30 - Hervé Gaussier - Université de Grenoble

      Topologie des horosphères et applications

      Résumé : Dans ce travail en commun avec Filippo Bracci, nous avons étudié des phénomènes d’extension de biholomorphismes et de limites d’itérés de biholomorphismes (théorème de Denjoy-Wolff) entre certains domaines de l’espace euclidien complexe. Ces résultats utilisent une version en plusieurs variables complexes de la théorie des prime ends, l’étude des quasi-géodésiques pour la métrique de Kobayashi dans les domaines convexes, ainsi que des résultats sur les semi-groupes à un paramètre d’automorphismes de la boule unité.

      Lieu : salle 207, bat 1R2

      [Séminaire]


    • Vendredi 31 mars 10:30-11:30 - Fernando Sanz

      A préciser

      Lieu : salle 207, bat 1R2

      [Séminaire]


    • Vendredi 21 avril 10:30-11:30 - Tanguy Rivoal - Université de Grenoble

      A préciser

      Lieu : salle 207, bat 1R2

      [Séminaire]


    • Vendredi 5 mai 10:30-11:30 - Franck Loray - université de Rennes

      Voisinages de courbes dans les surfaces complexes.

      Résumé : Etant donnée une courbe complexe compacte C (surface de Riemann compacte)
      on cherche à classifier les germes de plongements de C dans les surfaces complexes, i.e. les germes (S,C) où S est une telle surface. Il y a des résultats bien classiques de Grauert en genre 0, et d’Arnold en genre 1 (et d’autres résultats moins connus). Avec Olivier Thom, Frédéric Touzet et Sergey Voronin, nous étudions le cas du genre 1 lorsque le fibré normal est de torsion (par exemple trivial).

      Lieu : salle 207, bat 1R2

      [Séminaire]


  • Philosophie des Mathématiques


    • Mardi 30 mai 14:00-15:30 - Brice Halimi - Univ. Paris Ouest, IREPH

      titre à préciser

      Lieu : Salle Pellos 207 , Bât. 1R2

      Notes de dernières minutes : Séance conjointe avec le séminaire "Géométrie algébrique, champs, homotopie".

      [Séminaire]


  • Mathématiques et Philosophie Contemporaines


    • Mardi 30 mai 14:00-15:30 - Brice Halimi - Univ. Paris Ouest, IREPH

      titre à préciser

      Lieu : Salle Pellos 207 , Bât. 1R2

      Notes de dernières minutes : Séance conjointe avec le séminaire "Géométrie algébrique, champs, homotopie".

      [Séminaire]


  • Géométrie Complexe


    • Vendredi 3 mars 09:00-11:30 - Stéphane Lamy - IMT

      Eclatements de courbes lisses et variétés presque Fano

      Résumé : J’expliquerai quelles sont les courbes lisses de l’espace projectif P^3 qui donnent lieu après éclatement à des variétés presque Fano. Ce sera l’occasion de revenir sur la (longue) histoire de la détermination des couples (g,d) qui correspondent aux genre et degré de courbes dans P^3, sur le contexte plus récent de la classification des variétés presque Fano de nombre de Picard 2, et sur le rapport avec les liens de Sarkisov et l’obtention d’exemples intéressants de transformations birationnelles. Il s’agit d’un travail avec J. Blanc.

      [Séminaire]


    • Vendredi 17 mars 09:00-11:30 - Yuxin Ge - IMT

      Construction probabiliste de métriques Kähler-Einstein

      [Séminaire]


    • Vendredi 31 mars 09:00-10:00 - TBA

      TBA

      [Séminaire]


    • Vendredi 21 avril 09:00-10:00 - TBA

      TBA

      [Séminaire]


    • Vendredi 5 mai 09:00-10:00 - Henri Guenancia - Stony Brook

      TBA

      [Séminaire]



Groupes de Travail


  • Probabilités et statistique


    • Jeudi 2 mars 12:30-13:30 - Maialen Larrañaga - Laboratoire des Signaux et Systèmes, CentraleSupélec

      Restless bandits : Application to resource allocation problems

      Résumé : In this talk we are going to talk about the dynamic control of resource-sharing systems that arise in various domains : e.g. inventory management, communication networks. We aim at efficiently allocating the available resources among competing projects according to a certain performance criteria. In particular, we will focus on Restless Bandit (RB) type of allocation problems. These type of problems have a stochastic nature and may be very complex to solve. We will go through different possible techniques to solve RB problems using scaling and relaxation techniques. The latter allow us to obtain simple and ready to implement suboptimal policies. We will discuss on the asymptotic optimality of these policies in interesting regimes such as Heavy-traffic and Light-traffic regimes and also the Many-Users regime. We will provide several application examples for which near-optimal heuristics have been obtained.

      Lieu : bâtiment 1R3, salle MIP (1er étage)

      [Séminaire]


    • Jeudi 9 mars 12:30-13:30 - Martin Cooper - IRIT

      Théorie de la complexité

      Résumé : Complexité de problèmes, réductions polynomiales, classes de complexité de problèmes de décision (P, NP, NP-complet, coNP, coNp-complet), classes de complexité de problèmes d’optimisation (NPO, APX, PTAS, FPTAS).

      [Séminaire]


    • Jeudi 16 mars 12:30-13:30 - Jon Weed - MIT

      TBA

      Lieu : Bâtiment 1R3, salle de conférence du premier étage (MIP)

      [Séminaire]


    • Jeudi 27 avril 12:30-13:30 - Alana Moore - ENAC

      TBA

      Lieu : bâtiment 1R3, salle de conférence du 1er étage (MIP)

      [Séminaire]



    • Mardi 21 mars 16:00-17:00 - Jorge Antonio

      Espaces de modules de représentations l-adiques I

      [Séminaire]


    • Mardi 28 mars 16:00-17:00 - Jorge Antonio

      Espaces de modules de représentations l-adiques II

      [Séminaire]



    • Mardi 21 mars 14:00-15:30 - Andrew Arana - Université Paris 1, IHPST

      Pourquoi nos géométries ? Des réflexions issues de la perspective de la théorie des modèles.

      Lieu : Salle Pellos 207 Bât 1R2

      Notes de dernières minutes : Séance conjointe avec le séminaire "Géométrie algébrique, champs, homotopie".

      [Séminaire]



    • Mardi 21 mars 14:00-15:30 - Andrew Arana - Université Paris 1, IHPST

      Pourquoi nos géométries ? Des réflexions issues de la perspective de la théorie des modèles.

      Lieu : Salle Pellos 207 Bât 1R2

      Notes de dernières minutes : Séance conjointe avec le séminaire "Géométrie algébrique, champs, homotopie".

      [Séminaire]


  • Mathématiques pour la biologie


    • Jeudi 9 mars 15:30-16:30 - Christelle Etchegaray - Université Paris Descartes

      GdT Mathématiques pour la biologie

      [Séminaire]


    • Jeudi 23 mars 15:30-16:30 - Magali Tournus - Institut de mathématiques de Marseille

      GdT Mathématiques pour la biologie

      [Séminaire]


    • Jeudi 20 avril 15:30-16:30 - Charline Smadi - Institut des systèmes complexes, Paris

      GdT Mathématiques pour la biologie

      [Séminaire]


    • Jeudi 4 mai 15:30-16:30 - Mélisande ALBERT - Institut de mathématiques de Toulouse

      GdT Mathématiques pour la biologie

      [Séminaire]


    • Jeudi 18 mai 15:30-16:30 - Sébastien Lion - Centre d'Écologie Fonctionnelle et Évolutive, Montpellier

      GdT Mathématiques pour la biologie

      [Séminaire]



Evénement Important