Institut de Mathématiques de Toulouse

Accueil > Événements Scientifiques > Séminaires & Groupes de Travail > Groupes de Travail > Groupe de Travail Géométrie Complexe

Géométrie complexe

par Eveline Legendre, Thomas Dedieu, Vincent Guedj - publié le , mis à jour le




  • Vendredi 29 septembre 09:00-10:00 - Eveline Legendre

    Une application du théorème de Duistermaat-Heckman en géométrie sasakienne

    Résumé : Dans cet exposé je vais rappeler le fameux théorème de Duistermaat-Heckman ainsi que son extension en géométrie équivariante. Puis, je vais montrer comment l’utiliser pour décrire le comportement des fonctionnelles volume et courbure scalaire (transverse) totale sur le cône de Reeb d’une variété sasakienne et en conclure que toutes deux sont propres. Si le temps le permet, j’expliquerai pourquoi ceci nous permet de dire que toute variété sasakienne admet un champ de Reeb dont l’invariant de Futaki transverse est nul.


  • Vendredi 6 octobre 09:00-10:00 - S.Dinew - University of Krakow

    TBA

  • Vendredi 13 octobre 10:30-11:30 - Simone Marchesi - Universidade Estadual de Campinas

    TBA

  • Vendredi 20 octobre 09:00-10:00 - Tat Dat Tô - IMT

    Métriques de Bergman itérées

  • Vendredi 27 octobre 09:00-10:00 - TBA

    TBA

  • Vendredi 10 novembre 09:00-10:00 - D.H.Phong - Columbia University

    TBA

  • Vendredi 17 novembre 09:00-10:00 - TBA

    TBA

  • Vendredi 24 novembre 09:00-10:00 - T.Dedieu - IMT

    Extensions des courbes canoniques et applications gaussiennes

    Résumé : Étant donné une courbe $C \subset \mathbf P V$, on définit une application
    $\bigwedge^2 V^\vee \to \Gamma \bigl(C, \Omega_C^1 \otimes
    \mathcal O_C(2)\bigr)$
    par la formule $s \wedge t \mapsto ds\wedge t - s\wedge dt$.
    Elle est dite application gaussienne.
    Ses propriétés de surjectivité encodent des informations sur
    l’existence d’extensions de $C$, c’est-à-dire de variétés
    $X \subset \mathbf P(V\oplus \mathbf C^k)$ qui ont $C$ comme section linéaire et ne
    sont pas des cônes.
    Lorsque $C \subset \mathbf P(H^0(\Omega^1))$ est le plongement canonique, les surfaces lisses extensions de $C$
    sont des surfaces $K3$.
    Un résultat récent dû à Arbarello—Bruno—Sernesi, résolvant une
    conjecture de Wahl, affirme essentiellement que $C$ s’étend à une
    surface si et seulement si son application gaussienne est
    non-surjective.
    Dans cet exposé j’expliquerai comment ce résultat s’étend aux
    extensions de dimensions supérieures de $C$, et donnerai quelques
    applications, en particulier aux extensions des surfaces $K3$, qui
    lorsqu’elles sont lisses sont des variétés de Fano.
    Il s’agit d’un travail en commun avec C. Ciliberto et E. Sernesi.


  • Vendredi 1er décembre 09:00-10:00 - TBA

    TBA

  • 1 | 2

  • Vendredi 9 février 2018 10:30-11:30 - Ruadhai Dervan - Cambridge/École Polytechnique

    Géométrie complexe

    Résumé : TBA


iCal